Alimentation de bébé

Du lait à la bouillie: passage à une alimentation diversifiée

Après six mois, le lait ne suffit plus à couvrir les besoins caloriques et nutritifs d’un bébé en pleine croissance. Voici quelques conseils pour passer sans problème du lait à la bouillie.

Marianna Botta Diener
L’image est en cours de téléchargement.

Marianne Botta Diener

Ingénieure diplômée ETS

Elle est également mère de huit enfants et auteure très appréciée.

Marianna Botta Diener
L’image est en cours de téléchargement.

Marianne Botta Diener

Ingénieure diplômée ETS

Elle est également mère de huit enfants et auteure très appréciée.

L’essentiel en bref:

  • Les parents peuvent entamer le sevrage de leur bébé à partir du cinquième mois en commençant à lui donner un peu de bouillie de légumes douce. 
  • Les spécialistes de la nutrition recommandent d’attendre à chaque fois quelques jours avant d’intégrer un nouvel aliment ou un goût différent. 
  • On peut aussi préparer soi-même une bouillie pour bébé. Il faut simplement veiller à ne pas y mettre de sucre et seulement très peu de sel. 

La découverte d’une alimentation solide est une aventure excitante pour le bébé comme pour ses parents. Mais à partir de quel âge l’enfant peut-il goûter à sa première bouillie? Peut-on également la préparer soi-même? Dans un entretien, Marianne Botta Diener, ingénieure en sciences alimentaires et mère de huit enfants, nous confie tout ce qu’il faut savoir sur la bouillie pour bébé. 

Commencer entre le cinquième et le septième mois

«Avant le cinquième mois, mieux vaut ne pas donner de bouillie à un bébé, car son système digestif, immunitaire et métabolique n’est pas encore assez développé pour une alimentation «étrangère», explique l’experte en nutrition.   Le tout-petit doit toutefois manger ses premières bouillies dès le septième mois, au plus tard, car en grandissant, il a des besoins accrus en calories et nutriments, que le lait ne couvre plus entièrement. L’Organisation mondiale de la santé recommande elle aussi d’attendre le sixième mois pour donner leur première bouillie aux enfants. 

Attention aux aliments flatulents et aux épices

Idéalement, le bébé montre clairement, vers le sixième ou le septième mois, qu’il est prêt pour sa première bouillie. Il se redresse, par exemple, sur son siège et s’intéresse à ce que mangent ses parents. Mais, pour un certain temps encore, les aliments consommés par les adultes ne lui conviennent pas. Les plats lourds, difficiles à digérer et qui provoquent des flatulences, les spécialités fumées ou saumurées, ainsi que la saucisse et le jambon sont tout spécialement à éviter. Il en va de même pour le sel de cuisine, les condiments en poudre et le bouillon.

L’ajout de sucre ou de miel est fortement déconseillé. Sans sel ni sucre, les adultes trouvent que la bouillie pour bébé est particulièrement fade. Les tout-petits sont d’un tout autre avis: le goût des aliments qu’ils découvrent leur semble savoureux et appétissant.
 

La première tentative

L’introduction de l’alimentation diversifiée demande beaucoup de patience... et une grande bavette. Commencez par utiliser de préférence une petite cuillère en plastique. Essayez d’abord avec une petite portion. Le bébé devrait pouvoir aspirer tout simplement la bouillie sur la cuillère. Au bout de quelques jours, vous pouvez déjà remplir la cuillère à moitié, la porter à la bouche de votre bambin et la retirer en effleurant la mâchoire supérieure. Laissez du temps à votre enfant. Si vous lui mettez tout simplement de la bouillie dans la bouche, il est possible qu’il ne sache pas trop quoi en faire. Si votre bébé refuse de manger, restez calmes et détendus et réessayez quelques jours plus tard. Après la bouillie, allaitez encore votre bébé ou donnez-lui le biberon jusqu’à ce qu’il soit bien repu. Plus tard, il mangera suffisamment pour que la bouillie seule le rassasie.

Un nouvel aliment à la fois

«Trop de nouveaux aliments à la fois surmènent le petit organisme et augmentent les risques d’allergie», prévient Marianne Botta Diener. Il est donc recommandé de proposer les nouveaux aliments au bambin l’un après l’autre, à quelques jours d’intervalle. «Ainsi, un aliment mal supporté sera rapidement identifié.» Il est préférable de commencer à donner au bébé des bouillies aux légumes plutôt douces, car le lait maternel a lui aussi un petit goût sucré. Le potiron, la patate douce et les carottes conviennent très bien. 

Actuellement, on recommande de faire découvrir aux jeunes enfants, entre six mois et un an, les saveurs inédites de produits laitiers, de viandes, poissons, céréales, pommes de terre, légumes, fruits et huiles, car l’odorat et le goût font partie des facultés sensorielles les plus précoces.
 «Il a été prouvé que les aliments qu’ils ont découverts tôt et mangé régulièrement leur plaisent davantage quelques années plus tard», affirme Marianne Botta Diener. 

Plan d’introduction de l’alimentation diversifiée

Les pommes de terre, les céréales, le riz, puis la viande viennent enrichir les simples bouillies aux légumes. Outre le nombre d’aliments, celui des repas complémentaires au quotidien augmente avec l’âge du nourrisson. Référez-vous aux recommandations suivantes: 

  • du cinquième mois au septième mois: introduction de l’alimentation diversifiée;
  • jusqu’à huit mois: au maximum trois repas complémentaires par jour;
  • de neuf à onze mois: jusqu’à quatre repas complémentaires par jour;
  • de 12 à 24 mois: jusqu’à quatre repas complémentaires par jour avec une ou deux collations composées de pain, de fruits ou de légumes. 

Et si bébé fait de la résistance?

Que faire si un bébé de six ou sept mois refuse catégoriquement la bouillie? Ses parents n’ont pas de souci à se faire, car aucun enfant ne se laisse volontairement mourir de faim. Marianne Botta Diener rassure: «Tant que sa maman l’allaite, il ne souffrira d’aucun manque»

Certains petits préfèrent les amuse-bouches tels qu’un croûton de pain, des morceaux de pommes de terre ou de carottes cuites, des tranches de pomme étuvées et, plus tard, des pâtes ou des rondelles de bananes. Dès l’âge d’un an, ils peuvent partager le repas familial et veulent, dès lors, aussi goûter à tout ce qui se trouve dans l’assiette de leurs parents. 

Faire soi-même une bouillie pour bébé

Les bouillies maison sont une alternative bienvenue à celles vendues en supermarché. «Ainsi, on sait exactement ce qu’elles contiennent», fait remarquer Marianne Botta Diener. «Les parents peuvent choisir des produits régionaux de saison et renoncer au sucre et au sel.» Selon l’experte, il est aussi possible de conserver la bouillie au congélateur, puis de la décongeler en fonction des besoins. Au réfrigérateur, toutefois, mieux vaut ne pas garder une bouillie plus de deux jours.

Astuce de Marianne Botta Diener: rehausser la bouillie avec de l’huile végétale, tout en évitant absolument d’utiliser de l’huile pressée à froid, car les bébés la digèrent mal. Elle conseille l’huile de colza pressée à chaud. «Elle donne les meilleures bouillies.»

Recettes

Nos recommandations de produits:

Photo: Getty Images

Voici de quoi rendre votre bébé heureux

Conseil