Conseil pour bébé

Passer plus de temps à deux grâce aux baby-sitters

Même si, depuis l’arrivée de bébé, la journée de papa et maman est ma foi bien remplie, il est primordial pour le couple de pouvoir aussi parfois se retrouver en tête-à-tête. Voici ce dont les jeunes parents doivent tenir compte avant d’engager un(e) baby-sitter.

Informations utiles

Mots-clés

Jeune enfant

Informations utiles

Mots-clés

Jeune enfant

L’essentiel en bref

  • Il est judicieux de choisir les grands-parents, d’autres proches ou amis pour faire du baby-sitting, car ils connaissent déjà l’enfant.
  • Si les parents ne connaissent pas le/la baby-sitter, il sera utile d’organiser un entretien durant lequel ils pourront faire connaissance avec cette personne, en apprendre davantage sur son expérience et obtenir d’éventuelles références.
  • Les parents ne verseront aucune cotisation sociale pour les jeunes qui font sporadiquement du baby-sitting pour gagner un peu d’argent de poche.

L’arrivée de bébé change radicalement la vie de ses parents qui consacrent dorénavant la majeure partie de leur temps aux couches, aux conseils sur l’allaitement, aux comptines pour favoriser l’endormissement et au développement de leur rejeton. Repas en amoureux agrémenté de longues discussions entre homme et femme, soirée cinéma, petite balade en couple, tout ce qui faisait jusqu’ici partie du quotidien semble devenu pratiquement irréalisable. En effet, papa et maman veulent remplir du mieux qu’ils le peuvent leur nouveau rôle de parents. Une responsabilité qui fait désormais partie de leur quotidien.

Qui donc garde les enfants lorsque les parents se retrouvent en tête-à-tête?

C’est maintenant, justement, que les parents doivent faire attention de ne pas reléguer leur relation de couple au second plan. Elle est fondamentale pour une entente harmonieuse entre les membres de la famille. En outre, le fait de mettre complètement de côté ses propres besoins crée de la frustration et du mécontentement chez les jeunes parents qui finissent fréquemment par se disputer, ce qui met notamment les forces des mères à rude épreuve durant les premiers mois qui suivent la naissance d’un enfant.
Si les deux parents souhaitent pouvoir enfin se ménager un tête-à-tête, la question se pose de savoir qui pourra garder leur bébé à ce moment-là.

Chercher et trouver la garde idéale

Certains couples ont de la chance que les grands-parents, d’autres proches ou des amis sur lesquels ils peuvent compter habitent tout près de chez eux. Ceux-ci peuvent sans autre passer un moment avec le bambin. L’avantage, dans ce cas, est que le petit connaît déjà la personne qui va le garder. Donc, si les grands-parents sont encore en bonne santé, ils se chargeront volontiers pour quelques heures de la garde du bébé.
Malgré tout, il est grandement recommandé aux parents de ne pas consacrer ce temps libre uniquement à des tâches telles que le travail, les achats ou les rendez-vous chez le médecin. Il serait bon qu’ils fixent régulièrement une date, voire un créneau dans la semaine pour se retrouver tous les deux sans leur rejeton. Le simple fait d’aller manger au restaurant ou de se rendre à un concert de temps en temps aide la relation de couple.  Mais que faire si la famille proche habite très loin ou n’est pas disposée à garder l’enfant?

Dans ce cas-là, les parents pourront faire appel à un vaste réseau de baby-sitters. Mais où les trouver? D’autres parents pourront certainement leur donner des conseils utiles. Est-ce que mon amie peut me recommander quelqu’un? Ou peut-être aussi la sage-femme? Lire les petites annonces dans les journaux ou les avis affichés chez le pédiatre peut également s’avérer judicieux. En revanche, il serait tout à fait irresponsable de faire appel à une personne inconnue pour surveiller votre rejeton. Une relation de confiance est essentielle.

Outre les annonces d’agences professionnelles de baby-sitters telles que Babysitting24.ch, on trouve d’autres alternatives sur Internet. La Croix-Rouge suisse est une référence dans ce domaine. Sur son site, les parents trouveront même des baby-sitters formé(e)s. Malgré tout, il importe de faire connaissance avec ces gardes d’enfants avant de leur donner toute votre confiance. Si le courant passe entre les deux parties et qu’elles se font confiance, plus rien ne s’oppose alors à un petit tête-à-tête romantique.

De Zurich au Jura: tarif horaire des baby-sitters

Le salaire moyen d’un(e) baby-sitter se monte à Fr. 14.89 par heure en Suisse. En comparaison, un(e) baby-sitter recevra en moyenne Fr. 18.71 de l’heure à Zurich et Fr. 14.01 au Jura. Ces chiffres proviennent d’une étude menée par la plateforme sociale internationale de garde d’enfants Yoopies.
Voici en outre le tarif horaire que la Croix-Rouge suisse recommande: elle propose Fr. 8.– à Fr. 10.– aux babysitters âgé(e)s de 13 à 15 ans et Fr. 11.– à Fr. 18.– aux baby-sitters âgé(e)s de 16 à 25 ans (pour deux enfants au maximum).

Baby-sitting: un travail pour personne responsable

Lors du premier entretien, les parents devraient à tout prix demander des références. Où le/la baby-sitter a-t-il/elle travaillé auparavant? Si les parents ont de toute façon de la peine à faire appel à une personne étrangère, il serait judicieux qu’ils puissent dialoguer avec les familles pour lesquelles le/la baby-sitter a travaillé auparavant.
Les baby-sitters sont souvent des jeunes. Toutefois, selon la Croix-Rouge suisse, ils devraient avoir 13 ans au minimum. Quant à l’enfant à garder, il devrait être âgé d’au moins trois mois. Les baby-sitters ne devraient en principe pas garder d’enfants malades. Un(e) baby-sitter ne peut garder plus de trois enfants à la fois.

Une assurance optimale

Il y a lieu de clarifier au préalable toutes les questions juridiques et actuarielles. Il incombe aux baby-sitters (respectivement à leurs parents) de conclure une assurance responsabilité civile. Les baby-sitters doivent également être assuré(e)s contre les accidents. La règle suivante s’applique concernant les assurances sociales: aucune cotisation sociale ne sera versée pour le travail d’adolescents qui souhaitent se faire un peu d’argent de poche; elles seront toutefois nécessaires pour un travail régulièrement rémunéré.
Voici les règles en vigueur:

  • Baby-sitters âgé(e)s de 13 à 18 ans: aucune cotisation
  • Baby-sitters âgé(e)s de 18 à 25 ans gagnant Fr. 750.– par an/famille: aucune cotisation
  • Baby-sitters à partir de l’âge de 18 ans, dont le revenu de cette activité est supérieur à Fr. 750.– par an/famille: soumis à cotisation (les baby-sitters sans activité lucrative sont soumis(es) à cotisation à partir de 21 ans)

Baby-sitting: règles à respecter

Les tâches qui doivent être accomplies durant la garde, les attentes et la façon de réagir aux différentes situations devraient être clairement établies par les parents et le/la baby-sitter. Il en va de même de la rémunération, qui devrait aussi être clairement définie. Il importe de discuter des critères suivants:

  • La ponctualité est une condition sine qua none.
  • Comment les parties concernées comptent-elles s’entendre en cas d’annulation de dernière minute?
  • Comment le/la baby-sitter doit-il/elle réagir dans les situations les plus diverses (par exemple: le bébé se réveille et se met à crier ou le bébé a de la fièvre)?
  • Le/la baby-sitter peut-il/elle consommer des médias pendant son travail?
  • Comment s’organiser lorsque le/la baby-sitter doit dormir sur place? À partir de quelle heure est-ce nécessaire? Dans un tel cas, combien le/la baby-sitter gagne-t-il/elle en plus?
  • L’un des parents ramènera-t-il le/la baby-sitter à la maison à la fin de son service?
  • Quand le/la baby-sitter sera-t-il/elle payé(e) et combien touchera-t-il/elle?
  • Quelle est la personne à contacter en cas d’urgence?

Photo: Getty Images

D’autres idées de la rédaction Famigros

Bon
conseil