Soins pour bébé

Couches en tissu Bambino Mio – pour un change facile

À l’écoute des nouvelles tendances, Migros proposera désormais des couches en tissu de marque «Bambino Mio».

Informations utiles

Texte: Monica Müller

Mots-clés

Jeune enfant Bébé

Informations utiles

Texte: Monica Müller

Mots-clés

Jeune enfant Bébé

Les couches en tissu, une alternative écologique

La plupart des enfants portent des couches jusqu’à deux à trois ans. Avant d’être propres, ils utiliseront donc jusqu’à 6000 couches, engendrant une tonne de déchets. On estime que dans les familles concernées, les couches sales représentent environ 10% des déchets du foyer. 

De plus en plus de parents souhaitent adopter un mode de vie plus écologique. Un désir qui en pousse certains à faire le choix des couches en tissu, au point qu’une véritable tendance se dessine en Suisse. C’est aussi ce que constate Rosemarie Dütschler, qui tient depuis huit ans la boutique «Windelzeit», située en Suisse et spécialisée dans les couches en tissu. Devenue maman en 2011, cette Allemande d’origine a été incitée par des amies à essayer des couches en tissu. Dans l’incapacité de trouver ces produits en Suisse, elle a dû à l’époque les commander en Allemagne. Rosemarie Dütschler a vite été convaincue: «Les couches en tissu sont meilleures pour l’environnement, la peau de bébé et pour le porte-monnaie.»

Le pour et le contre

Une chose est sûre: les couches en tissu permettent d’éviter une montagne de déchets. Quant à savoir si elles sont vraiment plus écologiques, voilà qui fait encore débat. Cela dépend en effet de l’usage qui en est fait. Plusieurs critères entrent en ligne de compte, et notamment: sont-elles nettoyées dans une machine pleinement chargée, et à quelle température? Sont-elles séchées sur une corde à linge ou dans un sèche-linge? Autre point: les couches serviront-elles à un seul enfant ou à plusieurs? En termes de tolérance cutanée aussi, il n’est pas évident de déterminer le meilleur produit. S’il est vrai que les couches en tissu sont faites de matières naturelles et présentent de meilleurs qualités respirantes que les couches jetables, elles sont aussi moins absorbantes.

Des couches plus économiques

Au niveau du prix, en revanche, les choses sont claires: utilisées jusqu’à l’âge de la propreté, les couches en tissu reviennent moins cher. Une couche coûte environ 35 francs. Il en faudra à un enfant une vingtaine au total, ce qui donne un coût d’à peu après 700 francs. Les couches jetables, elles, valent entre 20 et 40 centimes l’unité. Jusqu’à ce que l’enfant soit enfin propre, une famille aura donc dépensé aux alentours de 1800 francs en couches jetables. 
 

«Bambino Mio» dans l’assortiment Migros

Les «Bambino Mio» sont ce que l’on appelle des couches tout-en-un, qui se rapprochent des couches jetables tant au niveau de leur aspect que de leur mode d’utilisation. Alors que le voile de protection biodégradable (posé sur l’insert) finit à la poubelle, la couche en tissu, elle, est lavée pour être réutilisée. «Nous répondons ainsi à un besoin grandissant», explique Mirjam Koller, responsable de l’assortiment bébé à Migros. Pendant la crise du coronavirus particulièrement, Migros a reçu beaucoup de messages de ses clients à propos des couches en tissu. En outre, l’enseigne souhaite proposer des alternatives à sa clientèle. Certains parents seraient plus intéressés par les couches jetables, et d’autres par celles en tissu. Des possibilités qui ne sont d’ailleurs pas exclusives l’une de l’autre: certains utilisent des couches jetables à la maison, mais préfèrent recourir aux couches jetables pour l’extérieur ou quand ils partent en voyage. 

Photo: Bambino Mio

De nouvelles idées de la rédaction Famigros

Gugus