Excursion

Val-de-Ruz: La balade à remonter le temps

Avec des jardins contemporains comme point de départ et un château médiéval à l’arrivée, la promenade traverse le Val-de-Ruz, élu paysage de l’année pour ses allées d’arbres historiques.

Du canton de Neuchâtel, les visiteurs connaissent avant tout la vieille ville du chef-lieu et les rives du lac, de même que l’urbanisme horloger de La Chaux-de-Fonds et, bien sûr, le Creux-du-Van. Peu d’entre eux toutefois pénètrent dans le Val-de-Ruz. Pourtant, ce ventru losange champêtre, à mi-distance des deux villes du canton, mérite que l’on parte à sa découverte.

L’escapade du jour commence à Cernier, plus précisément à Evologia. Ce site de vingt hectares géré par l’État avec une multitude de partenaires fait le bonheur des familles et des amoureux des jardins. Jean-Luc Seiler, l’administrateur d’Evologia, nous fait faire le tour du propriétaire en commençant par le jardin pédagogique dédié à la permaculture qui prend place dans un verger de pommiers à basses tiges dont le jus est extrait non loin dans le ravissant hameau de La Borcarderie. En contrebas, voici la fleur boréale, le symbole du site et centre des jardins extraordinaires. Haute d’une ­dizaine de mètres et dotée de pétalesconfectionnés par le maître verrier ­Dominique Brandt, elle sait se faire légère, posée sur un étang, et invite à la méditation. Il faut aussi parler du tout nouveau chemin de parkour mêlant Land Art et obstacles, d’espace Abeilles et ses ruches vitrées – idéal pour voir et comprendre le travail des ouvrières et des reines – ou encore du petit parc des paillotes avec ses cailles, lapins et chèvres, ainsi que de la bluffante expo en plein air sur les dinosaures (le seul accès payant du site) que l’on découvre au détour des bosquets. Bref, Evologia est une destination en soi et le visiteur pourra sans problème y passer une journée entière. Surtout qu’à la nature s’ajoute la culture, avec des manifes­tations estivales comme Poésie en ­arrosoir et les Jardins musicaux, dont les concerts se déroulent entre autres dans une très belle grange.

Le programme du jour nous pousse toutefois à laisser Evologia en empruntant une élégante double allée d’arbres. Ces alignements que l’on retrouve un peu partout le long des routes du Val-de-Ruz, mais qui s’avèrent rares en Suisse, avaient à l’origine une fonction pratique. Ils permettaient de se déplacer à l’ombre en été et, en cas de neige ou de brouillard, d’éviter de se perdre. Et si ces allées ont eu tendance à disparaître au fil des siècles, car trop dangereuses pour le trafic motorisé, le Val-de-Ruz a su les préserver et en replanter. Des efforts récompensés aujourd’hui par le prix du Paysage de l’année, soutenu notamment par Migros, et remis par la Fondation suisse pour la protection et l’aménagement du paysage.

Informations utiles

Durée de la manifestation

Pour

7-18+

Places de stationnement

Places de stationnement disponibles

Arrêt de transports publics le plus proche

Cernier, Crêt Debély

Informations utiles

Durée de la manifestation

Pour

7-18+

Places de stationnement

Places de stationnement disponibles

Arrêt de transports publics le plus proche

Cernier, Crêt Debély

Carte Google Maps

La carte est en cours de téléchargement.

Arrivée

Places de stationnement

Places de stationnement disponibles

Arrêt de transports publics le plus proche

Cernier, Crêt Debély

Coordonnées

Adresse

Evologia
Route de l'Aurore 6
2053 Cernier

Site Internet

www.parc-evologia.ch

L’exactitude des informations et heures d’ouverture ci-dessus ne peut pas être garantie. Veuillez consulter le site Internet officiel de l’organisateur avant le début de votre excursion. Merci de nous communiquer tout changement à l’adresse famigros.ausfluege@mgb.ch.

Carnet de route

  • Reliant Evologia à Valangin via Engollon, la balade emprunte l’une des ramifications du Chemin chouette n° 1. Longueur: 7 km. Montée: 130 m. Descente: 245 m. Carte et autres Chemins chouettes: www.chemins-chouettes.ch
  • Evologia est accessible en transports publics (bus 422 au départ du centre-ville de Neuchâtel). Accès libre, ouvert toute l’année. www.parc-evologia.ch
  • Le château de Valangin est lui aussi accessible en bus (ligne 422). Ouvert de mars à octobre, du mercredi au samedi 13 h 30 à 17 h et le dimanche de 11 h à 17 h. www.chateau-de-valangin.ch
  • À vélo: le parcours Val-de-Ruz Bike, long de 32 km, permet de faire le tour du Val-de-Ruz en lisière de forêt. La boucle passe également par Evologia et Valangin. Dénivelés positif et négatif: 692 m. www.migmag.ch/val-de-ruz-bike

Bon plan

  • Qui passe une nuit (hôtel, camping, chambre d’hôte, etc.) dans le canton de Neuchâtel reçoit la Neuchâtel Tourist Card. Celle-ci permet d’utiliser gratuitement les transports publics neuchâtelois (train, funiculaire, bus) et ouvre les portes de 28 musées, entre autres.

Infrastructure

Les infrastructures suivantes sont disponibles pour ce lieu.
Places de parking privées

Val-de-Ruz: à la découverte des arbres

Précisons toutefois que le Chemin chouette (c’est son nom) que nous empruntons aujourd’hui ne longe pas réellement ces alignements d’arbres. Ce sentier agricole permet toutefois d’apercevoir, à gauche ou à droite, à proximité ou au loin, ces séries de poiriers, érables ou tilleuls pour l’essentiel, qui rythment et structurent la vallée. Pour peu qu’on ait du talent, l’envie de les immortaliser en un tableau bucolique naîtra immanquablement.

Après quelques centaines de mètres, alors que le panneau vert montrant une chouette nous invite à tourner sur la gauche, nous préférons continuer tout droit et traverser le petit bois d’Yé. Tacheté par les rayons du soleil, le sol désormais recouvert d’écorces d’arbre nous invite à ralentir le pas et à faire corps avec la terre. Quelques places de pique-nique cachées ici et là finissent de nous convaincre de nous arrêter. Et de respirer profondément.

Au sortir du bois, nous laissons sur notre droite la piscine en plein air d’Engollon, qui rafraîchira les randonneurs, et nous filons en direction du village où nous retrouvons le Chemin chouette.

Le grenier à céréales du canton

Au centre de la bourgade, l’église Saint-Pierre nous accueille pour une prière ou tout simplement pour faire le plein de frais. Nous dégringolons ensuite jusqu’au niveau du lit du Seyon sans oublier de regarder ces fameuses allées d’arbres en traversant les routes, puis remontons jusque sur les hauts de Vilars, où le chemin se fait désormais en orée de forêt. La déambulation offre de splendides coups d’œil sur l’ensemble du val. Et si de plus en plus de citadins viennent y habiter, son caractère rural reste bien marqué – après tout le Val-de-Ruz est toujours et encore le grenier à céréales du canton.

L’un des plus beaux villages de Suisse

Au niveau de Fenin, après avoir dépassé le temple du XVIIIe siècle et son cimetière aux tombes pluriséculaires semblant tout droit sorti d’un décor de cinéma, nous commençons à descendre sur Valangin, l’un des membres du club très fermé des plus beaux villages de Suisse. La rue principale de ce minuscule bourg, constituée d’une allée – bordée de maisons cette fois – et dont le plan régulier remonte au début des années 1300, mène à l’entrée d’un imposant château.

La montée, tout en minéralité, jusqu’aux portes de ce qui est maintenant un musée d’histoire, contraste avec l’univers végétal que nous venons de quitter. C’est pourtant ici, à l’abri de la muraille, que Camille Jéquier, directrice des lieux, est en train de créer un jardin médiéval. Pour ce faire, elle a choisi des plantes que les habitants de Valangin connaissaient et utilisaient quand la seigneurie était à son apogée, soit aux XIVe et XVe siècles. Réparties théma­tiquement tout autour du château, les différentes parcelles permettent d’en savoir plus sur le mode de vie d’alors. On pourra ainsi y découvrir que la saponaire était utilisée pour se laver, que les tinctoriales coloraient idéalement les vêtements ou encore que la belladone était censée avoir des pouvoirs magiques. L’ensemble est à découvrir librement ou lors d’ateliers pour enfants – ils apprendront par exemple à confectionner une pommade à base de plantain recommandée contre les brûlures d’ortie – ou pour adultes – qui pourront constater que le fenouil d’aujourd’hui n’a plus grand-chose à voir avec la variété sauvage du XVe siècle. Encore modeste, car inauguré l’an dernier, le jardin médiéval est appelé à se développer au fil des années et des efforts de l’unique jardinier et des bénévoles. Parions qu’il deviendra rapidement un atout supplémentaire de ce site déjà remarquable en soi. 

Texte: Pierre Wuthrich 

Photos: Matthieu Spohn

Encore plus d’excursions en famille – encore plus d’aventure

C’est
parti!