Conseil pour bébé

Apprendre en jouant: pour un éveil ludique des petits

Faut-il proposer des activités d’éveil aux enfants en bas âge? Ou ceux-ci n’ont-ils besoin de personne pour s’éveiller au monde? Pour les scientifiques, les deux sont vrais. Nous vous expliquons comment vous pouvez aider votre enfant.

L’essentiel en bref:

  • Les enfants n’ont pas vraiment besoin de cours d’éveil.
  • Ce qu’il leur faut, c’est du temps en abondance pour jouer. En effet, jouer est leur façon de s’approprier le monde. Jouer, c’est apprendre.
  • Les parents peuvent stimuler leur enfant en répondant à leurs intérêts.
  • Jouer ou bricoler avec eux, partir en excursion ou faire ensemble des expériences scientifiques sont les meilleures activités d’éveil qui soient pour les plus jeunes.

 

Qui ne souhaite à ses enfants de traverser l’existence sans encombre et de réussir ce qu’ils entreprennent? Mais comment leur donner les armes pour ce faire? Bon nombre de parents se rongent les sangs à l’idée que leur progéniture sorte perdante de la compétition qui règne en maître dans notre monde globalisé. Pour que leur enfant aborde l’existence avec toutes les cartes en main, ils s’efforcent de stimuler très tôt son développement. Des activités d’éveil au sortir du berceau – voilà la clé, pensent-ils. Mais celles-ci sont-elles réellement nécessaires? Quel est en réalité le meilleur moyen de soutenir son enfant de deux ans dans son développement et ses apprentissages?

Comment stimuler au mieux son enfant

Pour une vie heureuse et épanouissante, nul besoin de farcir la tête d'un bambin en bas âge de connaissances et de compétences. Ce sont bien d’autres qualités qui l’aideront à traverser l’existence sans encombre. Parmi elles, la confiance en soi et le sentiment de sa propre valeur, la capacité d’empathie, les compétences sociales et la tolérance à la frustration – toutes qualités qu’il apprendra en famille.

Enfance: priorité au jeu! Pour un petit, c’est la meilleure des activités d’éveil, et la plus agréable, qui plus est. Les enfants veulent jouer, tout le temps ou presque. C’est une chance que ce besoin soit pratiquement sans limite! En effet, ils s’approprient ainsi le monde qui les entoure, et ce à leur propre rythme. «Jouer rend intelligent», affirme le professeur André Zimpel de l’Université de Hambourg. «Par le jeu libre, les enfants cherchent spontanément à relever les défis les plus adaptés à leurs compétences propres. Aucun programme d’éveil ne peut en dire autant.»

L’éveil tel qu’il devrait être – en toute simplicité

Et comment la famille peut-elle encore y contribuer? Au mieux, en prêtant à son enfant une oreille attentive et en l’observant. Les engins de chantier sont sa grande passion du moment? Sa fascination pour ces machines grandes et puissantes va lui offrir mille occasions d’apprendre. Voici quelques propositions d’offres et d’activités sur ce thème.

Tirez profit de la passion de votre enfant pour les chantiers:

  • Faites une balade thématique:
    Rendez-vous sur un chantier en famille afin de contempler une excavatrice en train de creuser un trou, une grue pivoter sur son axe ou un rouleau compresseur aplanir le béton. À cette occasion, vous pourrez répondre aux questions que ne manquera pas de vous poser votre enfant. Non seulement il apprendra des choses, mais il découvrira aussi de nouveaux mots d’outils, de couleurs, de processus...
  • Lisez des livres:
    Empruntez des livres sur le sujet à la bibliothèque. En regardant ces ouvrages cartonnés, votre enfant verra s’éveiller son intérêt pour les livres. Ceux-ci sont un enrichissement pour toute l’existence, car ils ouvrent sans cesse notre horizon et nous ouvrent les portes d’univers réels ou imaginaires.
  • Jouez ensemble:
    «Vroum, vroum, le bulldozer arrive»: en jouant avec les engins de chantier, l’enfant peut assimiler tout ce qu’il a vu et laisser libre cours à son imagination. L’installation d’un petit panneau de signalisation l’aidera en outre à comprendre dès cet âge que le vivre ensemble nécessite le respect de règles communes. Si les parents ou des camarades prennent part à ses jeux, il fera sans cesse de nouvelles expériences sur la façon dont fonctionne la coopération – et sur ce qui ne fonctionne pas dans ce domaine.
  • Construire:
    Peut-être votre enfant aura-t-il envie de fabriquer lui-même un véhicule en briques de construction? Cette activité exercera sa capacité d’abstraction. Les parents qui encouragent leur enfant quand il tente de nouvelles expériences stimulent également sa confiance en soi et sa capacité à tolérer la frustration face à l’échec.
  • Bricolage:
    Vous possédez un journal qui contient des photos de véhicules de chantier? Voilà une excellente occasion de faire du découpage (avec des ciseaux pour enfant) et du collage sur du carton! L’œuvre de votre artiste en herbe pourra ensuite être accrochée au mur de sa chambre à l’aide d’un petit clou. Découpage, collage, martelage... Autant d’activités qui exercent, l’air de rien, la motricité fine de votre enfant.

On le voit: s’inspirer des centres d’intérêt de son enfant pour lui proposer des activités le conduira automatiquement à faire de multiples apprentissages en s’amusant. Vous n’avez besoin, pour ce faire, ni de l’inscrire à un cours, ni de rechercher des activités d’éveil spéciales pour petits. Tout ce dont vous avez besoin en tant que parent, c’est de temps pour exploiter les idées que vous sert votre enfant sur un plateau et pour faire les choses avec lui. C’est le meilleur moyen d’aider votre progéniture à se développer.

Stimuler son enfant avec mesure

Bien sûr, il est agréable pour un père ou une mère de rencontrer d’autres parents à un cours de massage pour bébé ou dans un groupe de jeu et de rentrer chez soi avec des idées plein la tête à tester avec son petit chéri. Et un enfant qui aime la musique aura sûrement beaucoup de plaisir à suivre un cours d’éveil musical. À l’inverse, un enfant très actif sera certainement à son aise dans un club de gymnastique.

Mais il est inutile de voguer d’un cours à l’autre avec lui. Les enfants n’ont pas besoin d’une offre pédagogique surabondante. Ce qu’il leur faut, ce sont des personnes référentes avec qui ils puissent se lancer spontanément de nouveaux défis.

Trop, trop tôt: les experts sont sceptiques

Apprendre des listes de vocabulaire dès l’âge du jardin d'enfants, faire du ballet, de la gymnastique, prendre des cours de musique. Dès les premières années d'école, il n’est pas rare que les enfants suivent déjà plusieurs activités par semaine. Une façon de faire qui ne convainc guère les spécialistes. «Laissez vos enfants tranquilles!», martèle ainsi Margrit Stamm, professeur suisse en sciences de l’éducation. De son côté, Felicitas Römer, consultante en thérapie familiale systémique, l’affirmait déjà dans son livre «Arme Superkinder» (Pauvres super-enfants): «Les parents et leurs enfants ne doivent pas se laisser prendre au piège, mais prendre leurs distances avec cette hystérie de la stimulation enfantine.»

Photo: Getty Images

Voici de quoi rendre votre bébé heureux

À ne pas
manquer