Conseil pour bébé

Nourrir son enfant au biberon: grandir, gorgée après gorgée

Confortablement installé dans vos bras, votre enfant tète son biberon. Gorgée après gorgée, il reçoit tous les nutriments dont il a besoin. Ce mode d’alimentation nécessite toutefois de respecter certaines règles.

L’essentiel en bref

  • La composition des pré-laits est celle qui se rapproche le plus du lait maternel.
  • Le lait 1er âge rassasie davantage, mais il peut aussi occasionner des problèmes digestifs.
  • Il est important de bien respecter les proportions indiquées en préparant le lait.
  • Le lait de suite n’a rien d’obligatoire.

Si la jeune maman ne veut ou ne peut pas allaiter, l’enfant sera nourri au biberon. Vous n’avez toutefois aucune raison de vous inquiéter: les laits pour nourrissons contiennent tous les nutriments nécessaires. En outre, donner le biberon permet de vivre les mêmes merveilleux moments d’intimité avec son enfant qu’en donnant le sein.

Composition du lait en poudre

Le lait en poudre est un produit de fabrication industrielle aux nombreux composants, parmi lesquels des protéines (de lait de vache généralement), des acides aminés, des glucides, des acides gras insaturés et des fibres. Il est en outre enrichi en vitamines et en minéraux tels que le calcium, le sodium, le potassium, le magnésium et le fer. En revanche, contrairement au lait maternel, ces laits pour nourrissons ne contiennent ni enzymes prémunissant l’intestin contre les bactéries pathogènes et les champignons, ni anticorps offrant une certaine protection contre les infections et des maladies d’origine allergique, telles que l’asthme et la névrodermite.

Cet article n’est pas disponible actuellement.

Cet article n’est pas disponible actuellement.

Pré-lait et lait de suite: une grande différence

Les premiers temps, bébé recevra du pré-lait et du lait 1er âge (qui est celui présentant le chiffre 1 sur la boîte). La composition du pré-lait est celle qui se rapproche le plus du lait maternel. C’est ainsi que le seul glucide qu’il contient est du lactose, autrement dit du sucre de lait. Comme il est aussi liquide que le lait maternel, il est important d’utiliser une tétine spécialement adaptée; celle-ci permettra d’empêcher que votre tout-petit n’avale de travers en buvant trop vite. La consistance du lait 1er âge est un peu plus épaisse et ce dernier contient aussi d’autres glucides, comme par exemple de l’amidon.
Le lait de suite est souvent plus riche en sucres et en calories que le lait maternel. Compte tenu de la teneur accrue en nutriments du lait maternel, les médecins et les sages-femmes recommandent ce dernier mode d’alimentation lorsque la situation le permet. Susanne Schmid, sage-femme à Berne, précise: «si les parents veulent vraiment donner du lait de suite à leur enfant, alors ils devraient attendre le moment de la diversification alimentaire». Elle estime toutefois que des produits frais et des aliments naturels font tout aussi bien l’affaire.

Du pré-lait la première année

Si vous souhaitez nourrir votre nouveau-né au biberon, ne lui proposez que du pré-lait durant les deux premiers mois. Votre enfant pourra cependant en boire bien au-delà de cette période: il est en effet adapté à toute la première année de l’enfant.
À partir du sixième mois intervient la diversification alimentaire, qui vient compléter les apports en nutriments de bébé. Tout comme le lait maternel, le pré-lait peut être donné à la demande. Sachez toutefois que les premiers temps, votre nourrisson n’en a besoin que de très faibles quantités. N’hésitez pas à consulter votre sage-femme pour plus d’informations.

Pour les gros appétits: le lait premier âge

«Si leur enfant a un gros appétit, les parents peuvent remplacer le pré-lait par un lait 1er âge après deux ou trois mois. Celui-ci a une plus haute teneur énergétique», explique Susanne Schmid. Et d’ajouter que ce lait à l’avantage d’être plus rassasiant. Malheureusement, il peut aussi occasionner des problèmes digestifs. Un autre risque est de trop en donner à son enfant. Pour ces raisons, Susanne Schmid conseille d’introduire des horaires réguliers pour les repas. «En général, les choses se mettent en place assez vite», affirme la sage-femme, qui préconise un intervalle de 3 heures entre les prises alimentaires. Si votre enfant réclame avant l’heure, vous pouvez essayer de le faire patienter un peu avec une lolette ou en le tenant dans vos bras et en le berçant. Vous devriez cependant faire preuve d’un peu de souplesse concernant les horaires. Pour la nuit, une bonne solution serait que l’un des deux parents donne le biberon vers 23 heures. «L’autre parent pourra ainsi prendre un peu d’avance sur sa nuit après le biberon de 20 heures. Car il y en aura sûrement un autre à donner vers 2 ou 3 heures, puis un autre encore entre 6 et 7 heures.»

Un moment d’intimité qui n’est pas réservé à papa et maman

Le biberon est un aussi bon pourvoyeur d’amour et de sentiment de sécurité que l’allaitement. «Tenir l’enfant dans ses bras, le regarder, lui parler – tout cela lui procure une vraie chaleur intérieure», révèle Susanne Schmid. Et cela, ce n’est pas réservé à papa et maman. Recevoir à l’occasion son biberon de l’un de ses grands-parents, d’un frère ou d’une sœur plus âgée ou encore d’un ami proche de la famille est une vraie source d’enrichissement pour le tout-petit. «En outre, pour ses parents, c’est aussi l’occasion de s’accorder une pause à deux.»

Nos recommandations de produits:

Une erreur s’est produite lors du téléchargement des produits

Photo: Getty Images

Autres idées de la rédaction Famigros

Bon
conseil