Grossesse

Renoncez à l’alcool, aux cigarettes et aux médicaments

En tant que femme enceinte, vous contribuez au bon développement de votre enfant. Voici donc une règle stricte à retenir: renoncez aux cigarettes, à l’alcool et aux médicaments, et ce, pas seulement durant les premières semaines de grossesse.

Une étude menée sur le long terme en Angleterre en 2013 a conclu que les enfants de dix ans dont la mère a bu peu de vin ou de bière (jusqu’à 1 dl par jour) durant la grossesse tenaient en équilibre sur une poutre ou sur une jambe aussi bien que leurs camarades. Selon les chercheurs, les capacités d’équilibre sont de bons indicateurs du développement neurologique. 

Cependant, les experts suisses conseillent aux futures mères de renoncer entièrement à l’alcool durant la grossesse. La quantité exacte d’alcool qui ne serait pas sans danger pour le fœtus n’est pas connue. 

Par contre, on sait quelles conséquences fatales une consommation régulière et élevée d’alcool peut avoir sur la santé du bébé: le risque d’une fausse couche double voire quadruple. De plus, l’alcool complique l’absorption et l’assimilation de vitamines et de nutriments importants. Dans le pire des cas, l’enfant peut naître atteint du syndrome d’alcoolisme fœtal, qui va de pair avec une série de troubles congénitaux, tels que l’hyperactivité, le nanisme, les lésions du cerveau et du système nerveux ou les crises d’épilepsies, pour n’en nommer que certains.

Voici quelques conseils pour vous aider à survivre au 0 pour mille durant dix mois sans problème et sans pour autant faire une croix sur les sorties et les fêtes:

  • Savourez de délicieux cocktails sans alcool (p.ex. caipirinha au Flauder ou mojito au ginger ale à la place du rhum).
  • Trinquez avec un verre de Perldor, une boisson qui n’est pas réservée aux enfants.
  • Lorsque vous êtes invitée, apportez quelques bières sans alcool. Si on en boit de temps en temps, on a presque l’impression qu’elles ont le même goût que les vraies.

Chaque cigarette est une cigarette de trop

Vous avez certainement déjà entendu ces fumeuses enceintes qui disent continuer de fumer quelques cigarettes par jour par amour pour leur enfant afin de le sevrer gentiment de la nicotine et qu’il ne subisse pas le syndrome de sevrage.

Il s’agit bien sûr d’une aberration! Chaque cigarette est néfaste pour le bébé. L’effet vasoconstricteur de la nicotine entrave l’approvisionnement en oxygène du placenta, et donc du fœtus. La nicotine passe librement du placenta à l’enfant, et l’affecte directement, entraînant,par exemple, l’accélération du battement du cœur du petit.

Il est donc vivement recommandé d’arrêter de fumer dès que l’on constate la grossesse. Plus vous fumez de cigarettes par jour, plus vous mettez en danger la santé de votre enfant.

Evidemment, la fumée passive est aussi nocive pour la santé. C’est pourquoi le futur père devrait aussi éviter de fumer.

Les médicaments peuvent nuire au fœtus

Avant de tomber enceinte, vous pouviez sans autre prendre une aspirine lors de maux de tête ou une pastille lors de maux de gorge. Pendant la grossesse, ce n’est plus aussi simple. En effet, pas tous les médicaments qui vous soulagent sont bons pour votre enfant. 

Durant le premier trimestre de la grossesse, lorsque les organes se forment, le fœtus est particulièrement sensible. Si le développement est perturbé par les substances nocives d’un médicament, l’enfant peut, dans le pire des cas, être atteint de malformations.

Au cours de la grossesse, ce risque diminue. Toutefois, certains médicaments peuvent provoquer des contractions ou nuire à l’enfant.

Il faut aussi rester prudent avec les vitamines et les médicaments à base de plantes. La sauge, par exemple, peut provoquer des contractions et l’excès de vitamine A peut nuire au bébé.

Certaines femmes enceintes n’ont pas le choix et doivent prendre des médicaments, sans pour autant porter atteinte à leur enfant. Dans ce cas, il est crucial d’en parler à son gynécologue.

Les règles d’or concernant la prise de médicaments lors de la grossesse sont les suivantes:

  • Ne prenez aucun médicament sans l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien, même pour les remèdes ayant fait leurs preuves.
  • Faites attention au dosage. Suivez la devise «autant que nécessaire, aussi peu que possible».
  • N’arrêtez pas un traitement prescrit par un médecin sans en avoir parlé avec lui au préalable. Certaines maladies sont plus dangereuses pour l’enfant que leurs traitements, notamment, la pré-éclampsie, les maladies mentales ou les infections.
  • Si avant de tomber enceinte, vous prenez régulièrement des médicaments, vous devriez parler ouvertement d’un éventuel désir d’enfant à votre médecin.

Photo: Getty Images

Encore plus d’infos sur ces neuf mois passionnants

Conseil