Grossesse

Acide folique: la vitamine de la grossesse

Maria Walliser
L’image est en cours de téléchargement.

Maria Walliser

Maria Walliser, ancienne skieuse de compétition suisse et maman d’une fille atteinte de spina bifida s’exprime sur la «Fondation Acide Folique Suisse».

Une quantité suffisante d’acide folique au stade précoce de la grossesse peut faire pencher la balance du bon côté pour la santé de votre futur bébé. Cette vitamine joue en effet un rôle essentiel dans le développement au cours des premières semaines de grossesse. Ce complément alimentaire est également conseillé pour les futurs papas: le mieux est d’entreprendre ensemble la planification familiale.

Acide folique pendant la grossesse

Acide folique: la vitamine de la grossesse 

Une quantité suffisante d’acide folique au stade précoce de la grossesse peut faire pencher la balance du bon côté pour la santé de votre futur bébé. Cette vitamine joue en effet un rôle essentiel dans le développement au cours des premières semaines de grossesse. Ce complément alimentaire est également conseillé pour les futurs papas: le mieux est d’entreprendre ensemble la planification familiale.

L’acide folique, vitamine vitale

L’acide folique, également appelé «vitamine B9», renforce le système immunitaire, favorise la croissance cellulaire et contribue à la formation sanguine. Intervenant à un stade vital (la division cellulaire), cette vitamine est essentielle pour tous les processus de croissance dans l’organisme. Ainsi, l’acide folique (ou «folate») est nécessaire, par exemple, pour la formation du sang, et en particulier pour la production des globules rouges. 

Souhait de grossesse? Pensez à l’acide folique.

Votre souhait d’avoir un enfant devient de plus en plus concret? Peut-être avez-vous même déjà arrêté la pilule? Ou alors vous essayez déjà depuis un moment de tomber enceinte? Dans ce cas, la prise d’acide folique peut vous apporter une aide précieuse, pour autant que vous y pensiez suffisamment tôt. En effet, il peut s’écouler un certain temps avant que vous remarquiez qu’un miracle est en train de se produire dans votre ventre, alors que l’apport en acide folique revêt une importance considérable pour le développement de votre enfant dès les premiers jours.

Pensez-y au bon moment!

La plupart des femmes commencent leur prophylaxie (disponible à Migros ou en pharmacie) trop tard. Il est toutefois conseillé de prendre de l’acide folique au minimum un mois avant le début de la grossesse, dans l’idéal même trois mois au préalable. Parallèlement à une alimentation saine et riche en folates, une dose de 400 microgrammes d’acide folique par jour est recommandée pour assurer un apport suffisant dès les premiers jours et semaines de la grossesse. La prise précoce d’acide folique est essentielle pour réduire le risque de spina-bifida, malformation qui se déclare entre le 18e et 25e jour de grossesse.

L’acide folique: pas seulement sous forme de comprimés

Bien entendu, certains aliments naturels contiennent aussi de la vitamine B9. Le foie, les légumes verts en feuilles tels que les épinards, le rampon, la scarole, le chou vert, les choux de Bruxelles et le brocoli en sont par exemple de bonnes sources. Mais les fruits et les baies, les produits laitiers et complets ainsi que le germe de blé et la levure fournissent également un apport important en acide folique. D’ailleurs, sous sa forme naturelle, cette vitamine est appelée «folate», l’acide folique en étant la forme synthétique.

Tous les acides foliques ne se valent pas

La plupart des préparations contiennent de l’acide folique sous forme synthétique. Toutefois, de nouvelles études révèlent que la transformation de l’acide folique en folate ne se fait pas toujours sans encombre. C’est pourquoi on trouve aujourd’hui des préparations contenant du folate ne devant plus être transformé par l’organisme. 

N’hésitez pas à en parler avec votre gynécologue!

Maria Walliser concernant la «Fondation Acide Folique Suisse»

Maria Walliser, qu’est-ce que la Fondation Acide folique suisse?

Depuis de nombreuses années, la fondation informe la population de la fonction vitale de l’acide folique. En Suisse, on a malheureusement renoncé à utiliser le meilleur moyen qui soit pour augmenter l’apport en acide folique de la population, qui consiste à ajouter cette vitamine à la farine. Il ressort des études menées dans les pays où le supplément en acide folique est obligatoire que celui-ci permet de réduire jusqu’à 60% les malformations telles que le spina-bifida ou les défaillances cardiaques chez le nouveau-né. C’est pourquoi l’idée d’une action privée m’a tout de suite motivée et j’ai accepté de parrainer la fondation lancée à l’initiative d’Erich P. Meyer.

Quels sont les acquis de la fondation? 

Le résultat de nos campagnes est spectaculaire: aujourd’hui, plus de 75% de la population connaissent l’acide folique. Et nos partenaires ont introduit environ 200 produits contenant cette vitamine. 

Qu’est qui vous motive à vous battre pour cette cause?

Ma fille Siri: une jeune femme de 25 ans pleine de vie qui étudie à l’Université de Lucerne. Sa spécialité, comme elle le dit elle-même, est de croquer la vie à pleines dents (autant que faire se peut quand on se déplace en chaise roulante avec un spina-bifida). 

Toutes les femmes souhaitant avoir un bébé devraient impérativement commencer à prendre des suppléments d’acide folique quatre semaines avant de tomber enceinte et continuer à en prendre un comprimé par jour au cours des 12 premières semaines de grossesse. En effet, c’est au cours des 18 à 25 premiers jours de grossesse (et donc déjà avant l’absence des règles) que se décide si la moelle épinière se refermera ou non. 

Le risque d’un spina-bifida peut-il être totalement écarté de cette manière?

Malheureusement pas. D’autres facteurs, notamment génétiques, peuvent être à l’origine d’un spina-bifida. Toutefois, en prenant les précautions nécessaires, le risque peut être diminué de moitié environ.

Pour qui l’acide folique est-il important? 

De nouvelles études démontrent un lien entre l’acide folique et la qualité du sperme, les dépressions, la démence et les maladies cardio-vasculaires. C’est pourquoi il convient de veiller à avoir un apport suffisant en acide folique, et ce, quel que soit l’âge ou le sexe. 

Entrevue: Anna Bürgin
 

Vous trouverez des informations détaillées sur le site Internet de la «Fondation Acide Folique Suisse»

Photo: Getty Images

Encore plus d’infos sur ces neuf mois passionnants

Conseil