Alimentation de bebe

L’allaitement: la meilleure façon de nourrir son bébé

Marianna Botta Diener
L’image est en cours de téléchargement.

Marianne Botta Diener

Lebensmittelingenieurin

Sie ist ausserdem Mutter von acht Kindern und erfolgreiche Buchautorin.

Informations utiles

Mots-clés

Allaitement 0-3 ans

L’allaitement est l’une des possibilités de nourrir son bébé. Nous allons vous montrer comment la poitrine change avant et après l’allaitement, ainsi que les aspects à prendre en compte durant cette période.

Nous avons rassemblé quelques trucs et astuces pour vous permettre, à vous ainsi qu’à votre bébé, de démarrer au mieux la phase de l’allaitement.

La bonne façon de nourrir son bébé

Le lait maternel contient tout ce dont votre enfant a besoin pour grandir et se développer: de l’eau, des protéines, des lipides, des glucides, des sels minéraux, des vitamines, du fer ainsi que des anticorps (immunoglobulines). Autant de substances qui en font assurément l’aliment idéal pour votre nouveau-né. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de ne nourrir les bébés qu’avec du lait maternel durant les six premiers mois de la vie. Un enfant peut être allaité jusqu’à l’âge deux ans et même au-delà. Toutefois, il convient également de leur donner, dès le sixième mois, des aliments complémentaires, telle que la bouillie.

Les mères n’optent pas toutes pour l’allaitement, et ce, pour différentes raisons. «La bonne façon» de nourrir son enfant relève d’un choix personnel. Ne vous laissez pas envahir par la culpabilité si vous décidez de ne pas allaiter votre bébé ou si vous n’en avez pas la possibilité. Le plus important est que la mère et l’enfant se sentent bien, et cela est possible autant avec du lait en poudre qu’avec du lait maternel.

Si vous n’êtes pas sûre de votre choix, demandez conseil à votre gynécologue, à votre sage-femme ou consultez une conseillère en lactation.

L’évolution de la poitrine au fil de la grossesse

La plupart des femmes enceintes observent leurs seins pour s’assurer qu’ils grossissent et que les mamelons prennent une couleur foncée. Certaines d’entre elles sécrètent même déjà du colostrum au cours des derniers mois, voire des dernières semaines, de grossesse. Un tel phénomène n’a aucun rapport avec la capacité réelle à produire du lait. Il n’y a donc aucune raison de s’inquiéter en l’absence de telles sécrétions. De même, la taille des seins n’exerce aucune influence sur la capacité à produire du lait: une petite poitrine est donc à même de produire autant de lait qu’une poitrine plus généreuse.

Généralement, les mamelons pointent vers l’extérieur quand il fait froid, ce qui ne se produit pas ou peu en cas de mamelons plats. Si les mamelons se replient vers l’intérieur, on parle alors de mamelons inversés, ombiliqués ou invaginés. Le cas échéant, une préparation spécifique à l’allaitement peut s’avérer nécessaire, par exemple au moyen de prothèses.

Celles-ci permettent de soutenir les mamelons pour les empêcher de se retirer. Il convient de porter de telles prothèses déjà durant la grossesse, par exemple à partir du cinquième mois. Si vous souffrez de contractions prématurées, le port de prothèses est déconseillé, des manipulations au niveau des mamelons pouvant entraîner des contractions de l’utérus. Si, en revanche, le problème se manifeste au moment de l’allaitement, la prothèse peut s’avérer tout à fait utile.

Éviter les complications pendant l’allaitement

Pour vous éviter des mamelons douloureux, positionnez correctement votre enfant au sein, et ce, dès le départ. Ne soyez pas tentée de vouloir durcir vos mamelons déjà pendant la grossesse! Tout traitement au moyen d’une brosse à dents, d’une serviette éponge ou de jus de citron pourrait nuire à la peau. De plus, le massage ou l’étirement des mamelons risque de provoquer des contractions prématurées ou d’engendrer une infection. En revanche, il n’y a aucune contre-indication à badigeonner la poitrine avec de la crème ou à la palper comme vous l’avez toujours fait.

Si vous avez rencontré des difficultés d’allaitement avec un précédent enfant ou si vous sentez que quelque chose ne va pas au niveau de vos seins, il est conseillé de faire appel à un spécialiste dès la grossesse.

En guise de préparation à l’allaitement, il suffit de laisser respirer les mamelons de temps en temps. Dans la mesure où cela est confortable pour vous, vous pouvez temporairement enlever votre soutien-gorge à la maison. Un petit bain de soleil peut s’avérer très bénéfique pour l’épiderme, sans oublier bien sûr la crème solaire. Évitez d’utiliser trop de savon lorsque vous vous lavez les mamelons, afin de préserver l’immunité naturelle de la peau.

L’allaitement à l’hôpital ou à la maternité

Durant la grossesse, toutes les futures mères en viennent à se demander où elles vont mettre leur enfant au monde. En ce qui concerne l’allaitement, il convient de se renseigner au préalable sur les méthodes pratiquées dans tel ou tel hôpital. La plupart des hôpitaux et centres de maternité offrent des visites guidées, où les personnes intéressées reçoivent des informations et peuvent poser des questions.

La grande majorité de ces centres hospitaliers mettent un point d’honneur à ce que les nourrissons soient allaités le plus tôt possible. En outre, il existe des hôpitaux labellisés par l’UNICEF, qui favorisent et encouragent l’allaitement, et contribuent de ce fait à le faciliter dès le départ. Peut-être souhaitez-vous prendre un premier rendez-vous avec une conseillère en lactation ou une sage-femme dès la grossesse?

Bon à savoir: l’assurance de base obligatoire couvre les frais pour trois consultations par une conseillère en lactation ou une sage-femme qualifiée.

L’allaitement avec des jumeaux ou des triplés

Si vous attendez des jumeaux ou une naissance multiple, vous vous demandez certainement s’il est possible d’allaiter entièrement deux enfants en même temps. Prenez contact avec un spécialiste dès la grossesse! Il vous renseignera sur les différentes possibilités de nourrir vos bébés. Réfléchissez également à vos besoins une fois de retour à la maison et aux soins à apporter à vos enfants après la naissance.

Conseils pour un allaitement réussi

Si vous avez décidé d’allaiter votre bébé, dites-le à la sage-femme dans la salle d’accouchement. Ainsi, le bébé pourra déjà être placé au sein et prendre son premier repas deux heures après la naissance. Le premier lait est appelé colostrum. Riche en anticorps, il est considéré comme un «vaccin naturel» pour l’enfant. Les mouvements de succion durant la tétée conjugués au jeu subtil des hormones stimulent les cellules musculaires à la fois au niveau de la poitrine et de l’utérus. Au niveau du sein, ces contractions déclenchent l’éjection du lait, alors qu’au niveau de l’utérus, elles apparaissent sous forme de contractions dites postnatales. Ces contractions, que la plupart des jeunes mères prennent pour des maux de ventre, s’estompent de jour en jour.

Pour stimuler la production de lait, vous avez intérêt à mettre votre bébé au sein aussi souvent que possible durant les premiers jours de la naissance, et autant qu’il le demande, c’est-à-dire toutes les deux à quatre heures en général. Un allaitement à intervalles fréquents et répétés (les nouveau-nés ont également besoin d’être allaités la nuit) permet à la fois de diminuer la durée jusqu’à la montée de lait. Ce gonflement de la poitrine se manifeste généralement entre le troisième et le cinquième jour après la naissance. Certaines femmes remarquent un gonflement et une sensibilité plus accrue des seins.

En cas de doute sur la manière d’allaiter votre bébé, consultez votre sage-femme ou une conseillère en lactation, qui répondront à vos questions à tout moment.

Que faire en cas de complications?

Le cas échéant, des compresses chaudes et de légers massages avant d’allaiter peuvent s’avérer efficaces et faciliter l’écoulement du lait. Les compresses froides après la tétée peuvent également apporter quelque soulagement. Le personnel soignant ou votre sage-femme vous conseilleront volontiers à ce sujet.

Après la naissance, nombre de femmes connaissent des moments de tristesse qui provoquent chez elles des envies de pleurer sans aucun motif apparent. Ce «mal de mère», appelé aujourd’hui «baby blues», est dû à une modification du système hormonal et disparaît généralement aussi vite qu’il est apparu. Si les symptômes persistent et que vous n’arrivez plus à reprendre le dessus, parlez-en à un spécialiste! Il pourrait alors s’agir d’une dépression postnatale, laquelle doit être traitée avec l’aide d’un médecin.

De quelle quantité de lait mon bébé a-t-il besoin?

La montée de lait contribue non seulement à modifier la quantité, mais aussi la composition de votre lait. Le lait maternel arrive à maturité au bout de la deuxième semaine. Il est fabriqué à partir du quinzième jour et apporte tous les éléments nécessaires au bon développement du bébé. Comme la fréquence des tétées varie d’un enfant à l’autre, il se peut que votre bébé demande à être allaité dans un laps de temps inférieur à deux heures.

Une réaction tout à fait normale, notamment durant les premiers temps après la naissance et durant les phases de besoins accrus en lait générés par des poussées de croissance particulières. Votre poitrine n’en sera donc que davantage stimulée, ce qui accroîtra la production de lait. Vous trouverez également des informations détaillées sur l’allaitement entre autres sur le site Internet de Promotion allaitement maternel Suisse.

Régime alimentaire de la mère durant l’allaitement

En raison de l’allaitement, vous consommez 500 calories de plus par jour. Ces calories doivent être compensées par une alimentation équilibrée Alimentation équilibrée pendant l’allaitement. Un régime spécial n’est toutefois pas nécessaire. Assurez-vous d’absorber suffisamment d’aliments riches en substances nutritives. Sachez aussi que la qualité du lait maternel dépend étroitement de votre comportement alimentaire. En mangeant bien et en quantités suffisantes, vous contribuez donc non seulement à votre bien-être personnel, mais aussi à celui de votre bébé.

Allaiter tout en travaillant

La législation suisse prévoit que les femmes allaitantes qui travaillent peuvent donner le sein à leur bébé ou exprimer leur lait durant la première année de vie. Si vous devez quitter votre place de travail pour allaiter, la moitié du temps nécessaire à cette opération est considérée comme temps de travail. Voilà pour ce qui est de la théorie! Dans la pratique, travail et allaitement ne sont pas gérés de la même manière dans toutes les entreprises. Par conséquent, le mieux est d’en parler avec votre supérieur hiérarchique avant de recommencer à travailler.

Demandez conseil à un spécialiste durant votre congé maternité sur la manière de nourrir votre bébé durant les heures de travail, sans avoir à être physiquement présente en tant que mère. Il existe plusieurs façons d’exprimer le lait maternel et de le conserver au frais.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les aspects juridiques de l’allaitement maternel pendant les heures de travail, consultez à cet effet le site de l’Association suisse des consultantes en lactation IBCLC (ASCL) ainsi que la brochure du Secrétariat d’État à l’économie (SECO) «Maternité – Protection des travailleuses».

Recettes

Foto: Getty Images

Encore plus d’infos sur ces neuf mois passionnants

Conseil