Rentrée scolaire

Environnement d’étude pour les écoliers: quand apprendre devient un jeu d’enfant

Où et de quelle manière les enfants se concentrent-ils le mieux? Pour apprendre, il ne faut pas toujours être assis à son pupitre. Certains lieux et bruits, voire la compagnie de certaines personnes peuvent aider ou déranger. Stefanie Rietzler, coach d’apprentissage, donne de précieux conseils sur la façon de créer un environnement d’étude judicieux pour l’enfant.

Créer un ou des environnements favorables

Il est conseillé à l’enfant d’apprendre à différents endroits: du balcon à la table de la cuisine en passant par la chambre d’enfant, il n’aura que l’embarras du choix. Il ressort en effet de certaines études que la faculté de mémoriser et l’environnement sont liés: quiconque apprend dans la chambre A et récite sa leçon dans la chambre B obtiendra de moins bons résultats que celui qui étudie et récite sa leçon dans la même chambre. Mais, en principe, peu de personnes passent leurs examens, là où elles ont appris la matière. Ainsi, plus on alterne le lieu d’étude, plus il sera facile de se rappeler des informations mémorisées dans un autre endroit.

Le produit idéal:

Grace à une boîte en métal telle que la boîte RANDIE, il vous sera facile
de déplacer le matériel scolaire d’une pièce à l’autre.

Minimiser les distractions

Le cerveau gère relativement bien ce que l’on appelle «distraction sensorielle», à savoir le bruit d’un chantier éloigné ou de la circulation. En revanche, il aura davantage de peine à gérer une distraction créée par une émotion. En effet, le fait d’entendre d’autres enfants jouer à l’extérieur déclenchera une impulsion chez le bambin qui voudra à tout prix sortir les rejoindre. Les jouets peuvent aussi distraire l’enfant dans sa chambre, et particulièrement les plus jeunes qui ne pourront résister aux Legos. 

Le produit idéal:

Il est possible de diviser la chambre en plusieurs parties, à l’aide du rideau prêt à poser NOELIA.

Matériel scolaire: faire le bon choix

Recevoir une super trousse, des crayons tout neufs ou des pantoufles peut être motivant pour l’enfant qui se réjouira, dès lors, de son premier jour d’école ou de passer en classe supérieure. Il importe, dans ce cas, de laisser le bambin choisir lui-même les choses qui lui font plaisir.

Le produit idéal:

La boîte KYLIE contient six crayons et se glissera facilement dans tous les cartables.

Stefanie Ritzler
L’image est en cours de téléchargement.

Stefanie Rietzler

est psychologue et auteure («Clever lernen»). Elle dirige en collaboration avec Fabian Grolimund "Akademie für Lerncoaching" à Zurich.

Texte: Monica Müller

Informations utiles

Stefanie Ritzler
L’image est en cours de téléchargement.

Stefanie Rietzler

est psychologue et auteure («Clever lernen»). Elle dirige en collaboration avec Fabian Grolimund "Akademie für Lerncoaching" à Zurich.

Texte: Monica Müller

Informations utiles

CONSEIL: les parents ont intérêt à ne pas se laisser influencer par le temps où ils allaient eux-mêmes à l’école et par l’enseignement qu’ils ont suivi. Aujourd’hui, la position assise n’est plus considérée comme idéale. Vous aiderez davantage vos enfants en leur proposant d’expérimenter différentes façons de faire leurs devoirs à la maison. Ils apprendront ainsi à se connaître et à déterminer leurs besoins. Où se concentrent-ils le mieux et pour quel genre de travail? Faut-il leur faire faire leurs devoirs une fois de retour de l’école ou faut-il d’abord les laisser récupérer? Quand ont-ils besoin d’une pause?     

Rester en mouvement

De nombreux enfants deviennent nerveux en répétant leurs leçons. S’ils doivent, par exemple, apprendre quelque chose par cœur, ils auront beaucoup de peine à rester assis. Par contre, ils retiendront plus facilement un poème ou la table de multiplication s’ils peuvent se balader dans l’appartement, le texte à la main, rester parfois debout ou s’asseoir sur le divan, voire tourner sur la chaise de bureau.

Le produit idéal:

Les enfants prendront un malin plaisir à tourner sur la chaise de bureau FLEXA RAY.

Musique ou silence?

Certains apprennent et mémorisent plus facilement les informations avec un peu de musique douce à l’arrière-plan. D’autres apprécient le calme absolu. Les personnes extraverties, plus facilement distraites, appartiennent généralement au premier groupe et les introverties plutôt au second. Il serait judicieux de découvrir auquel de ces deux groupes votre enfant appartient.

Travailler en présence d’autres gens motive

La motivation intérieure de l’enfant est souvent plus grande s’il peut travailler à côté de quelqu’un. En découvrant qu’il n’est pas le seul à «bosser», il pourra lutter contre sa passivité intérieure. Il mémorisera ainsi davantage en étant assis à la même table que ses parents répondant à leurs courriels ou que sa petite sœur en train de faire un puzzle.

Un bureau bien à lui

À la rentrée scolaire, de nombreux parents considèrent le bureau comme un accessoire aussi indispensable que le cartable. Toutefois, les jeunes enfants sont peu enclins à faire leurs devoirs tout seuls, ils préfèrent s’asseoir avec le reste de la famille. Au début, nombre d’entre eux n’utiliseront pas le bureau de la chambre d’enfant, mais plutôt la table de la cuisine. En grandissant, ils apprécieront toujours plus de pouvoir se retirer dans leur chambre. Durant cette période de transition, une caisse à roulettes contenant les affaires d’école pourra aussi être utile. Les enfants pourront ainsi se déplacer à leur guise.

Le produit idéal:

La hauteur du bureau HOME de Micasa est réglable en fonction de la taille de l’enfant.

Autres conseils aux parents d’enfants en âge scolaire

On a longtemps cru qu’il existait différents profils d’apprentissage: le visuel qui voit et comprend, l’auditif qui entend et retient les choses et le kinesthésique ou tactile qui assimile les choses en les pratiquant. Une supposition qui a été à plusieurs reprises remise en cause sur le plan scientifique, au cours de ces dernières années, cette différence tenant uniquement dans les préférences. Au lieu de cela, les spécialistes recommandent un apprentissage «multicanal» permettant à la matière d’être mémorisée en même temps par plusieurs sens.

Des couleurs pour les sens propices à l’apprentissage

Photo: Getty Images

D’autres idées de la rédaction Famigros

À ne pas
manquer