Grossesse

Prévention des allergies pendant la grossesse

Dr. med. Katharina Quack Lötscher
L’image est en cours de téléchargement.

Dr. méd. Katharina Quack Lötscher

Spécialiste FMH en prévention et santé publique

Dr méd. Katharina Quack Lötscher est actuellement responsable de projet PEBS à la maternité de l’Hôpital universitaire de Zurich (conseil et prévention en matière d’alimentation et d’exercice physique pendant la grossesse et la première année suivant l’accouchement).

Pendant la grossesse, les futurs parents souffrant d’allergies redoutent que leur enfant présente une prédisposition allergique.

Une allergie est une hypersensibilité (réaction excessive) du système immunitaire.  La réaction allergique peut prendre la forme d’un rhume, de démangeaisons ou rougeurs oculaires, d’éternuements, de gêne respiratoire, de gonflement des muqueuses de la trachée, d’éruptions cutanées, de démangeaisons, de maux de ventre, de ballonnements, de constipation, de vomissements et/ou de diarrhée.

La prédisposition d’un enfant à présenter ou non une allergie dépend, entre autres, des antécédents allergiques de ses parents: si l’un des parents est allergique, le risque d’allergie chez l’enfant se situe entre 20 et 40%. En revanche, si les deux parents sont allergiques, le risque pour l’enfant s’élève à 40 – 60%. Ce risque peut même atteindre 60 à 80% si les deux parents présentent la même allergie. Les enfants dont les parents ne sont pas allergiques présentent un risque de 5 à 20% de développer une allergie.

Alimentation équilibrée

Les mères non allergiques ne doivent renoncer à aucun aliment par mesure de prophylaxie. Il leur est toutefois recommandé de se nourrir sainement et de façon équilibrée, d’éviter le stress et de ne pas fumer. Les aliments ou médicaments contenant des substances allergènes auxquelles la future maman est sensible sont à proscrire durant la grossesse.

En renonçant au tabagisme pendant la grossesse, la mère favorise la création d’un meilleur «climat» pour l’enfant dans l’utérus et réduit sensiblement le risque d’allergie, notamment de l’asthme.

De données récentes indiquent également que la supplémentation en acides gras insaturés (oméga-3) pendant la grossesse diminuerait le risque de pathologies allergiques, en particulier l’asthme.

Photo: Getty Images

Encore plus d’infos sur ces neuf mois passionnants

Conseil