Rentrée scolaire

Cornets surprises: bombe calorique superflue ou coutume appréciée pour la rentrée?

Informations utiles

Les cornets surprises jouissent aussi d’une popularité croissante en Suisse. Cependant, alors que certains trouvent géniale cette coutume de la rentrée, d’autres ne sont pas enthousiasmés par cette tradition importée. Lisez vous-même!

Pro et contre

S’il y a bien un jour où le réveille-matin est inutile, c’est celui-ci, tant les enfants sont trop excités pour faire la grasse matinée: enfin, ils vont pouvoir faire leur entrée à l’école primaire ou enfantine! 

Tous, parents, parrains et marraines, grands-mamans, tantes et autres proches de l’enfant, nous avons à cœur d’apporter, chacun à notre façon, un peu de douceur(s) à nos chères têtes blondes en ce jour qui, pour nous aussi, est chargé d’émotions. Dans ce contexte, cette merveilleuse invention qu’est le cornet d’école («Schultüte») est une véritable bénédiction: il y a tant de choses, en effet, dont les enfants pourraient avoir l’usage dans ces instants, toutes choses qui – ce qui ne gâche rien – les feront rayonner de bonheur: crayons de couleur, gommes rigolotes, autocollants et tatouages décalcomanies, accessoires pour les cheveux et taille-crayons originaux, livre de coloriage ou élastique pour la récré... Et puis, parfois aussi, un simple petit porte-bonheur tout doux ou bien une petite surprise pour faire le plein de courage.  

Pour toutes ces raisons, un cornet d'école rempli avec amour est, selon moi, un élément incontournable de la rentrée des classes, et ce, qu’il soit fait maison ou acheté en magasin. Qu’importe également qu’il ne s’agisse pas au départ d’une tradition suisse, mais qu’on l’ait chipée à nos voisins plus au nord. Parce que ce cornet, au fond, ne contient pas simplement des surprises: c’est avant tout un véritable condensé d’amour. Si on le souhaite, on pourra y ajouter quelques sucreries. Ou bien un petit réveille-matin pour les jours où se lever ne sera plus tout à fait aussi facile. 

Il y a quelques semaines, j’ai ressorti mon vieil album et contemplé avec ma fille la photo de mon premier jour d’école. On pouvait y voir comment, toute fière et plutôt excitée en ce grand moment, j’avais posé pour l’appareil avec mon cartable de cuir rouge flambant neuf. 

Plus de trente années se sont écoulées depuis lors. Pourtant, bien des choses sont restées telles qu’elles étaient à mon époque: la nervosité des enfants – et celle de leurs parents – avant cette première journée d’école; leur visage qui rayonne de bonheur quand ils enfilent leur cartable pour la première fois et se sentent tout à coup bien plus âgés et plus mûrs.

Mais il y a aussi beaucoup de choses qui ont changé. Lorsqu’ils entrent au primaire, les enfants sont en réalité des écoliers depuis longtemps déjà: de nos jours, l’école enfantine, c’est déjà l’école. Les cartables s’apparentent aujourd’hui davantage à des sacs à dos à la forme ergonomique et, selon le modèle, ils sont parfois même fabriqués à partir de bouteilles en PET recyclées. Le cornet d'école – en réalité une tradition allemande – est venu s’y greffer dans notre pays ces dernières années, de sorte qu’on le voit de plus en plus dans les bras des enfants pour leur premier jour d'école.

Je trouve ça fantastique que les cartables modernes ménagent l’environnement et le dos des enfants. Quant au système scolaire, si je n’en suis pas toujours entièrement satisfaite, les enfants me semblent néanmoins bien préparés pour leur entrée dans le cycle primaire. En revanche, le cornet d'école me paraît complètement superflu.  Je n’arrive simplement pas à comprendre à quoi sert d’offrir à un enfant un gros bout de carton bourré de sucreries pour son premier jour. A marquer le coup? Mais alors, un bon dîner en famille avec ses plats préférés serait bien plus adapté. Ou bien s’agit-il de lui «adoucir» ce moment au sens le plus strict du terme? De toute façon, les enfants n’ont pas le droit de manger de bonbons à l'école. Et ça ne ferait, au plus, que les exciter encore davantage. Ce gros machin ne vaut rien non plus comme porte-bonheur, puisqu’on ne peut plus l’emporter avec soi passé le premier jour. Reste un argument: «Ça se fait, c’est tout.» Mais je ne l’accepte pas. Après tout, le cornet d'école n’est pas une tradition suisse. 

Pour toutes ces raisons, le cornet d'école ne passera pas par ma famille. A la place, j’offrirai peut-être à ma fille un mignon petit animal en peluche qu’elle pourra accrocher à son cartable, un porte-bonheur qui sera à ses côtés chaque jour qu’elle passera dans sa nouvelle classe et lui rappellera sa mémorable première journée d'école.

Comment confectionner son propre cornet?

schultuete-vorlage-1-fr
L’image est en cours de téléchargement.
web.lightbox.openLink
schultuete-vorlage-1-fr
L’image est en cours de téléchargement.

  • Découpez une surface large d’un peu plus d’un quart de cercle dans une feuille de papier de bricolage, de sorte à disposer d’une étendue suffisante pour fermer votre ouvrage à la colle (voir illustration). Vous obtiendrez de meilleurs résultats si vous tracez la forme à découper avec un crayon gris attaché à un fil.
  • Découpez le papier, enduisez de colle liquide la zone prévue à cet effet et enroulez le papier de sorte à former un cornet.
schultuete-content-2
L’image est en cours de téléchargement.
web.lightbox.openLink
schultuete-content-2
L’image est en cours de téléchargement.

  • Découpez un gros morceau de papier crépon, enduisez de colle le bord intérieur du cornet et fixez-y le papier crépon.
  • Une fois fini, votre cornet peut être rempli de diverses sucreries et/ou de petits cadeaux utiles.
  • Pour la décoration, laissez libre cours à votre créativité! Ornez votre cornet de dessins et faites-y des collages selon vos envies.

Photo: Getty Images

De nouvelles idées de la rédaction Famigros

Génial