Fête nationale

Apprendre une coutume Suisse

Informations utiles

Lancer de drapeau: coutume suisse par excellence, c’est aussi un sport qui requiert force et adresse.

Montrer le drapeau

Une tradition née au 17e siècle

Le lancer de drapeau est une coutume ancrée dans les traditions suisses depuis le 17e siècle. On compte pas moins de 99 lancers différents qui nécessitent chacun un entraînement intensif. De la mi-juin à la mi-septembre, cet ancien jeu d’adresse est à l’honneur à Brunnen, au bord du lac des Quatre-Cantons, par beau temps uniquement.

Figures

On dénombre sept catégories principales de lancers de drapeau, comportant chacune une myriade de variantes aux noms plus pittoresques les uns que les autres.

  1. Figures dérivées
  2. Lancers complets avec tout le corps
  3. Lancers à plat
  4. Lancers moyens
  5. Lancers en hauteur
  6. Combinaisons avec les jambes et le corps
  7. Lancers en duo

Le saviez-vous?

Le lancer de drapeau n’est pas un sport typiquement suisse, mais était pratiqué dans toute l’Europe au Moyen-Age. Aujourd’hui, on lance des drapeaux en Allemagne, et cet art est même enseigné dans certains lycées aux Etats-Unis.

Le hornuss, une tradition née au 19e siècle

Le hornuss est un jeu traditionnel qui n'existe qu'en Suisse
L’image est en cours de téléchargement.
web.lightbox.openLink
Le hornuss est un jeu traditionnel qui n'existe qu'en Suisse
L’image est en cours de téléchargement.

C’est un jeu traditionnel qui n’existe qu’en Suisse. Deux équipes s’affrontent dans un champ. Pendant qu’une équipe tente de lancer le hornuss (littéralement le frelon) hors de la portée de l’équipe adverse, celle-ci essaie de le saisir au vol aussi vite que possible. Le hornuss est un palet de 78 g lancé à l’aide d’une tige flexible. Il est intercepté au moyen d’une palette. Pour mieux connaître ce jeu, pourquoi ne pas l’essayer? Rendezvous à Hergiswil b. Willisau, LU.

Jouer des «chlefeli»

Comme l’Espagne, la Suisse centrale a ses castagnettes. Ces petites planchettes de bois dur fonctionnent sur le même principe et l’on en joue d’une façon similaire. La technique s’enseigne et l’on peut même prendre un «cours de chlefeli».

Voici comment faire: on glisse l’une des planchettes entre l’index et le majeur et l’autre entre le majeur et l’annulaire. La planchette du bas doit frapper contre celle du haut. De la main et du bras, on fait des mouvements de va-et-vient rythmés, afin que les planchettes s’entrechoquent en mesure.

Balancer les sonnailles

Le film «Une cloche pour Ursli», qui vient de sortir, met en scène le plus célèbre de nos musiciens, sur cet instrument champêtre. On ne balance pas les sonnailles qu’en Engadine, mais dans tout l’espace alpin. Les cloches sont une tradition antique dont les significations tiennent une place importante dans la culture alpine. Signal de localisation permettant de retrouver les vaches, elles ont aussi valeur de rituel spirituel, tout comme le chant du soir, destiné à bénir les pâturages. Elles se portent aussi en bijou, c’est pourquoi les meilleures vaches arborent les plus grosses cloches.

L’art de fondre les cloches est une tradition qui demande beaucoup d’expérience. C’est aussi le cas du maniement des sonnailles, un art qui ne se transmet souvent que de père en fils. Le Toggenburg est seul à proposer un cours de maniement des sonnailles.

«Juuzen» et «Zäuerli»

Le yodel a ses mouvements et tendances, comme le rock ou la pop. Alors qu’en Appenzell le «Zäuerli», ou yodel naturel, tend vers une symbiose harmonique, les franches intonations du «Juuzer» font plus penser à un cri qu’à un chant. A l’image du paysage rude des vallées de Suisse centrale, dont il est issu et où il se pratique encore dans sa forme originale.
Le «Zäuerli», en revanche, est un yodel au rythme libre, dans lequel un soliste entame une mélodie lente et mélancolique, tandis que les autres chanteurs l’accompagnent de tons en harmonie. Un peu comme le jazz, mais à l’envers.

Photos: Keystone

De nouvelles idées de la rédaction Famigros

Génial