Noël

Youpi, le petit Jésus est arrivé!

Informations utiles

Le petit Jésus existe-t-il? Bien sûr, disent les enfants qui se réjouissent surtout de recevoir des cadeaux et ne se passionnent pas forcément pour l'agitation qui entoure l'événement.

Un sapin dans le salon. Les habitations et les jardins brillent de tous leurs feux de 1000 W. Des enfants aux beaux habits sont assis près de l'arbre et chantent des chants de Noël: ils attendent patiemment l'arrivée du petit Jésus. Aucune dispute n'éclate à propos des cadeaux et de leur taille et bien évidemment, les emballages sont sagement repliés par les petits qui les rangent avec le papier à recycler. 

Voilà à quoi ressemble la fête de Noël idéale, et c'est dans la majorité des cas une pure illusion. Les enfants savent pertinemment que rien n'est pareil ce jour-là, ils refusent de coopérer et lorsque l'enfant Jésus finit enfin par arriver, tout le monde a les nerfs en pelote. Il suffirait pourtant de peu pour que cette fête soit celle des enfants (et c'est une nécessité durant les premières années de leur vie).

Nos conseils de Noël

«Les premiers Noëls passés avec les tout-petits et toute la famille n'étaient pas drôles du tout», raconte Jeannine Baumann. «Le petit Jésus avait placé les cadeaux sous le sapin et les adultes (surtout les grands-parents) avaient exigé que les enfants attendent la fin du repas pour les ouvrir.» Evidemment, les bambins n'avaient pas du tout apprécié. Du coup, les Baumann ont inversé l'ordre des choses les années suivantes en commençant par l'ouverture des cadeaux et ensuite le repas.

La famille Müller n'en est pas encore arrivée là. «Nous avons fêté notre premier Noël avec notre fils âgé d'un mois de façon classique. Normal, nous étions à l'époque une jeune famille», raconte René Müller. Le nouveau-né a dormi pendant la soirée et seules les photos de lui costumé dans une tenue amusante de Père Noël prouvent qu'il était bien là. Maman et papa ont ouvert les cadeaux. Un an plus tard, nos deux parents avaient compris que leur fils était épuisé à 19 heures. Par conséquent, Janis a pu ouvrir ses cadeaux dès le matin, ce qu'il s'est empressé de faire avec joie. Par contre, aucun sapin n'avait été acheté, car les parents avaient peur que leur fils dissipé n'y mette le feu. Le soir venu, lorsque Janis s'était endormi à 19 heures, son père et sa mère ont fêté Noël en toute tranquillité autour d'un menu fait maison.

Chez la famille Zuber, un rituel s'est progressivement établi au cours duquel papa Zuber achète le sapin avec son aîné le matin de Noël. Ensuite, papa, maman et fiston le décorent ensemble sous les yeux du petit frère installé dans son berceau. «Son grand frère passait aussi des heures à fixer le sapin avec des yeux émerveillés. Je crois qu'un bébé remarque à quel point le sapin brille et scintille», explique M. Zuber. En fin d'après-midi, les cadeaux sont placés sous l'arbre, toute la famille entonne quelques chants (souhaités par les petits) avant de s'attabler autour d'une raclette. L'heure d'aller au lit reste la même ce jour-là, entre huit et neuf heures du soir. «C'est malgré tout une journée excitante pour les enfants et le soir, ils sont morts de fatigue», explique leur maman.

Pour ce qui est des cadeaux, Jeannine Baumann a pris l'habitude d'envoyer un courriel à ses proches, aux parrains et aux marraines en leur indiquant les souhaits des enfants. «On évite ainsi de leur offrir des choses qui ne les intéressent pas. Ma fille, par exemple, ne joue jamais à la poupée, elle préfère les petits chevaux.» Pour les bébés trop jeunes pour comprendre la signification de Noël, elle conseille un ou deux emballages de couches-culottes, des habits pour la saison suivante ou bien un objet utile. «Des cadeaux futés qui ne grèvent pas trop le budget familial.»

Photo: Getty Images

De nouvelles idées de la rédaction Famigros

Génial