Coupe du Monde

Le foot, rien que le foot? Dialogue de mamans au sujet de la Coupe du Monde

Informations utiles

La Coupe du Monde approche, et une fois de plus, on se demande: dans quelle mesure y participer, la regarder et se passionner? Deux mamans, membres de la rédaction de Famigros, se posent quelques questions sur ce grand évènement footballistique.

Andrea: Alors, Nuria, que penses-tu du football?

Nuria: J’ai grandi avec le foot. Regarder le championnat à la télé, participer à un tournoi amical ou encourager l’équipe nationale lors des grands tournois: j’ai tout vécu. Le football a toujours fait partie de ma vie! Toi, tu es moins passionnée de foot, je crois?

Andrea: Exactement, chez moi, c’est plutôt no sport et heureusement, pour mon mari, c’est pareil. À vrai dire, ma passion pour la Coupe du Monde a ses limites. Tu peux m’aider à comprendre? Pourquoi fait-on tout ce cirque autour du football?

Nuria: Pour moi, la Coupe, c’est avant tout le sentiment d’être ensemble et de partager des émotions. C’est un vrai grand 8 émotionnel: on regarde, on se passionne, on fait la fête ensemble, et ensuite on partage le chagrin des perdants quand ils tombent au sol de désespoir. Même si tu n’es pas super fan de sport, ce grand va-et-vient des sentiments te touche sûrement aussi.

Andrea: Bien sûr, j’adore vivre des émotions!

Nuria: Et le football, c’est de l’émotion à l’état pur.

Andrea: Ça n’a pas l’air si mal, en fait, et contrairement au chahut des enfants dans la maison, on peut regarder tout ça de loin bien confortablement, et quand on en a assez, on coupe le son du téléviseur, c’est génial! En parlant d’enfants: est-ce que tes petits ont déjà attrapé la fièvre du foot?

Nuria: Le plus grand pense qu’il est Messi, littéralement. Et le premier mot du petit a été «BUUUUUUUUT!» sur le même ton, avec la même intensité et pendant la même durée qu’un commentateur sportif d’Amérique latine! Oui, on peut dire qu’ils sont déjà pas mal atteints par cette fièvre.

Andrea: Ouah... Et ils connaissent déjà les règles du jeu?

Nuria: Les règles, ils s’en moquent un peu, mais je trouve quand même important qu’ils en connaissent un minimum. Ça permet de faire monter encore plus les émotions, quand l’arbitre n’a pas vu un hors-jeu manifeste, quand un but est annulé par erreur ou qu’un coup franc reste impuni.

Andrea: Oh, là, là, j’en ai la tête qui tourne, de ces cartons rouges ou jaunes, ces fautes, ces prolongations, ces matchs retour et bien sûr du grand classique des accros du foot: la règle du hors-jeu! Franchement, on me l’a expliquée mille fois et elle m’est toujours immédiatement ressortie de la tête...

Nuria: On peut se passionner pour la Coupe du Monde sans en connaître toutes les règles: tu peux juste apprécier la super ambiance, les fans survoltés et tout ce qui se passe autour. Et cette fois-ci, ça se passe en Russie. On ne sait pas encore vraiment ce qui nous attend. D’un point de vue sportif également: de grandes équipes traditionnelles comme l’Italie ou les Pays-Bas ne participeront pas. Il va y avoir du suspense! Peut-être que la Suisse arrivera en quart de finale ou même plus loin. Les matchs de la Suisse, en tous cas, tu ne dois pas les rater!

Andrea: Hmm, oui.. Là, ça m’intéresse, et comme évènement familial, un match de foot, c’est quand même génial. On s’installera sûrement confortablement devant la télé. Pour les enfants, rien que l’introduction avec l’hymne national et les joueurs concentrés, c’est déjà un grand moment.

Nuria: Chez nous, ça prendra sûrement la forme d’un grand évènement familial ou de grillades avec des amis, surtout quand «nos» équipes (l’Espagne, l’Australie et la Suisse) joueront. On va tous faire la fête, du plus grand au plus petit, du grand-père au parrain, jusqu’au plus minuscule des petits-enfants, et se passionner, commenter et, je l’espère, faire la fête devant l’écran.

Andrea: Ça a l’air génial! C’est vrai, vous êtes une équipe vraiment internationale, alors c’est encore plus sympa... sauf quand vos équipes jouent l’une contre l’autre...

Nuria: Exactement. Ce sont toujours des moments délicats! Mais en même temps, ça permet aux enfants d’apprendre quelque chose de précieux: le foot, ce n’est pas seulement gagner et s’amuser, c’est aussi être équitable, respecter l’autre et apprendre à gérer ses échecs. Tu vois, le football a même quelques côtés pédagogiques! Est-ce que tout ceci rend le foot un peu plus sympathique à tes yeux?

Andrea: Mais oui, tes arguments sont quand même convaincants. Je vais mettre mon scepticisme de côté et donner une chance à la Coupe du Monde. J’ai hâte d’y être!

Conseils pour la Coupe du Monde

Allumer le feu!

De nouvelles idées de la rédaction Famigros

Génial