Entretien avec Enie van de Meiklokjes, ambassadrice de l’opération

Présentatrice à la télévision allemande, Enie van de Meiklokjes s’est rendue au Kenya fin juin 2018, afin de se faire sa propre idée de la situation sur place. Dans cet entretien, elle évoque ses impressions et ses expériences.

Enie van de Meiklokjes-content-1
L’image est en cours de téléchargement.
web.lightbox.openLink
Enie van de Meiklokjes-content-1
L’image est en cours de téléchargement.

Cette année, Enie van de Meiklokjes est l’ambassadrice de l’opération de Pampers en faveur de l’UNICEF. L’initiative «1 paquet = 1 vaccin pour sauver une vie»* destinée à lutter contre le tétanos chez les mères et leurs nouveau-nés a lieu d’octobre à décembre 2018. Durant cette période, Pampers soutient l’UNICEF puisque pour chaque paquet de couches Pampers acheté, l’entreprise fait don du montant correspondant au coût d’une dose vitale de vaccin contre le tétanos. Ensemble, les deux partenaires entendent contribuer à vaincre le tétanos chez les mères et les nourrissons. Famigros soutient la mise en œuvre de ce programme au sein de Migros et double le montant du don, lui faisant atteindre la valeur de deux doses de vaccin.

En qualité d’ambassadrice de l’initiative de Pampers en faveur de l’UNICEF «1 paquet = 1 vaccin pour sauver une vie»*, vous vous êtes rendue au Kenya cet été. Quelles étaient vos attentes à votre arrivée?
Il s’agissait de mon premier voyage en Afrique, j’étais donc très curieuse de ce qui m’attendait sur place. Mais j’avais aussi quelques appréhensions, les conditions de vie en Afrique étant totalement différentes de celles que nous connaissons en Europe. Mes craintes se sont toutefois vite dissipées une fois arrivée au Kenya. L’accueil très ouvert et chaleureux de la population y est certainement pour beaucoup.

Quel est le contexte précis de l’initiative de Pampers en faveur de l’UNICEF?
Depuis 13 ans, les deux partenaires se mobilisent via cette initiative pour éradiquer** le tétanos chez les mères et les nouveau-nés. Dans les pays où les naissances ont lieu à domicile, dans des conditions peu hygiéniques, le risque d’infection par le tétanos pour la mère et son bébé est très élevé. Lorsque le cordon ombilical est coupé à l’aide d’un objet non stérile, comme un couteau, des spores de tétanos peuvent se retrouver dans le système sanguin du bébé. Les infections par le tétanos provoquent des crampes conduisant à la mort par suffocation. Pour protéger les femmes enceintes et leurs bébés du tétanos, il suffit de deux vaccins en cours de grossesse. L’immunité de la mère est alors transmise au nouveau-né. C’est là que Pampers s’engage aux côtés de l’UNICEF: l’initiative permet à l’agence de l’ONU d’acheter, de transporter et de distribuer davantage de doses de vaccins. Parallèlement, l’UNICEF met sur pied des programmes de formation d’auxiliaires bénévoles chargés d’informer la population des dangers de la maladie.

Pour vous, que représente votre rôle d’ambassadrice de Pampers pour l’UNICEF?
Mon rôle d’ambassadrice me tient réellement à cœur, étant moi-même mère depuis peu. J’ai deux bébés à la maison et je peux tout à fait comprendre que chaque mère fasse tout ce qui est en son pouvoir pour que son enfant grandisse en bonne santé. Pouvoir aider et soutenir les mères du monde entier est un formidable cadeau. Ce qu’il y a de bien avec l’initiative «1 paquet = 1 vaccin pour sauver une vie»*, c’est qu’il est très simple d’y participer: pour chaque paquet de couches Pampers acheté, le montant correspondant à une dose de vaccin vitale contre le tétanos est versé à l’UNICEF, permettant à d’autres enfants de prendre un bon départ dans la vie. Mon voyage au Kenya m’a également permis de me rendre compte combien il est important de pouvoir aider la population d’autres pays que le mien. Car il y a encore beaucoup à faire! Dans 14 pays***, plus de 48 millions de femmes et leurs nouveau-nés**** sont toujours menacés par le tétanos.

Dans quelles conditions vivent les gens au Kenya et comment se présentent les soins médicaux sur place?
J’ai découvert les contrastes du Kenya durant mon voyage. Les défis auxquels est confrontée la population des villes sont bien différents de ceux auxquels fait face à la population des campagnes. Avec l’UNICEF, nous avons visité le bidonville «Moto Moto», à la périphérie de Nairobi. Nous avons rencontré des femmes vivant dans des conditions d’extrême dénuement, sans accès à l’eau courante, aux soins médicaux ou à la possibilité d’éliminer leurs déchets. Ici, on sent bien que les gens ont besoin d’aide. Pour assurer des soins médicaux aux habitants de ce quartier défavorisé, l’initiative de Pampers pour l’UNICEF contribue à développer un réseau de bénévoles. Ces personnes recherchent le contact direct avec les femmes vivant dans le bidonville et les informent des risques que représente le tétanos. Elles leur indiquent où se trouve le dispensaire le plus proche et quand elles peuvent se faire vacciner. Ces bénévoles vont aussi informer la population rurale des risques que présente le tétanos. C’était fabuleux de découvrir avec quel engagement ces bénévoles travaillent et comment les femmes ont pris la décision de se faire vacciner après en avoir discuté avec aux. L’infrastructure médicale est toutefois insuffisante à la campagne et les femmes doivent se rendre à pied dans les dispensaires. Elles doivent parfois parcourir des distances incroyables, mais n’hésitent pas à faire le déplacement pour se protéger et protéger leurs bébés.

Comment se déroulent les vaccinations au Kenya?
Le réseau de prise en charge médicale est constitué d’hôpitaux, de dispensaires et surtout de nombreux bénévoles. Grâce à leur engagement, les femmes savent où elles peuvent se faire vacciner contre le tétanos. J’ai pu visiter plusieurs dispensaires et constater quelle était l’importance du vaccin pour ces femmes. Sur place, les médecins sont aussi très fiers de leur travail, car ils connaissent l’importance de la protection contre le tétanos. Quelques femmes rencontrées au dispensaire étaient nerveuses à l’idée de se faire vacciner. Elles ne savaient pas ce qui les attendait. Lorsqu’on leur a fait la piqûre, elles ont sursauté puis constaté que ce n’était pas si terrible que cela. C’était une bonne chose d’assister aux vaccinations, car plus le nombre de femmes se faisant vacciner est important, plus le savoir sur ce sujet se transmet parmi la population.

Quelles impressions, notamment de la population locale, avez-vous ramenées chez vous?
Les Kényans sont incroyablement sympathiques et accueillants. Je tiens particulièrement à évoquer cette anecdote: nous nous sommes rendus dans un village en bordure de la réserve naturelle de Masai Mara, où nous avons été accueillis par de la musique et des danses traditionnelles. Les gens étaient si ouverts que nous avons eu tout de suite envie de participer. C’est formidable de pouvoir faire l’expérience d’une telle hospitalité. Dans le même temps, j’ai rencontre des femmes très fortes, qui supportent des choses incroyables, qui parcourent des distances faramineuses pour protéger leurs enfants, mettant leur corps à rude épreuve.

* Chaque fois que vous achetez un paquet de couches Pampers ou que vous visionnez la vidéo promotionnelle, disponible durant la période de l’action (du 1.10 au 31.12.2018) sur www.pampers.fr, www.facebook.com/PampersFrance et http://www.youtube.com/user/PampersFrance, vous soutenez l’UNICEF aux côtés de Pampers dans ses efforts pour protéger du tétanos les femmes enceintes et en âge de procréer dans les pays en développement. Pendant une grossesse, deux vaccinations suffisent pour protéger la mère et l’enfant lors de l’accouchement. Les mères sont ensuite protégées pendant au moins trois ans et les nouveau-nés durant les deux premiers mois de leur existence. Pour chaque achat d’un paquet de couches Pampers et pour chaque consultation de la vidéo promotionnelle, Procter & Gamble soutient l’UNICEF dans la lutte contre le tétanos chez les nouveau-nés en faisant un don de € 0,078 [soit Fr. 0,084]. Ce montant représente le coût d’une dose de vaccin contre le tétanos ou contribue à financer son administration. Plus d’infos sur www.pampers.ch ou www.unicef.ch. Pampers soutient l’UNICEF. L’UNICEF ne privilégie aucun produit ni marque.

** Éradiquer signifie réduire à moins d’un cas sur mille enfants nés vivants les cas de tétanos chez les nouveau-nés dans chaque région d’un pays. Ce résultat est contrôlé par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

*** Afghanistan, Angola, République démocratique du Congo, Guinée, Yémen, Mali, Nigeria, Pakistan, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Soudan, Sud-Soudan, Somalie, Tchad, République centrafricaine

**** Sur la base du Child Health Epidemiology Reference Group (CHERG) de l’OMS et de l’UNICEF (Lancet, octobre 2016)

D’autres idées de la rédaction Famigros